USR 3133 - CNRS/EFR Unité de Service et de Recherche

Jean Bérard (1908-1957)

Jean Bérard, fils de l’helléniste Victor Bérard et ancien membre de l’École française de Rome (1933-1936 et 1939-1940), a refondé l’étude de la colonisation grecque en Italie méridionale et en Sicile, sujet de sa thèse de doctorat d’Etat (1941). Il a été le premier à présenter de manière rationnelle et critique l’étude des sources littéraires antiques sur ce phénomène majeur de l’histoire de la Méditerranée. Il a su aussi - dans la seconde édition de son livre en 1957 (année de sa mort accidentelle et prématurée) - saisir les perspectives nouvelles ouvertes par la recherche archéologique. Son œuvre scientifique a été fondatrice d’un courant historiographique.

Ce jeune français cultivé découvrant l’Italie soumise au fascisme, s’est lié à des intellectuels italiens antifascistes de premier plan comme Umberto Zanotti Bianco, et a donné un regard à la fois spontané et médité mais aussi prophétique sur l’histoire contemporaine de l’Italie dans une "Histoire du fascisme italien" (1938) publiée sous un pseudonyme et mise au pilon dans la France occupée, à la demande de Mussolini. Il y a donc une double légitimité à voir le nom de Jean Bérard porté depuis 1966 par un Centre de recherche du CNRS et de l’École française de Rome.


Dernière mise à jour : 1er octobre 2017

 Parcours

JPEG - 30.6 ko
Jean Bérard en 1932

Il étudie à l’École normale supérieure et obtient l’agrégation de lettres. Membre de l’École française de Rome de 1933 à 1936 puis de 1939 à 1940, il visite les sites de Grande-Grèce et d’Afrique du Nord.
 
À son retour en France, il est nommé à la Faculté des lettres de Nancy puis suppléant à la Sorbonne. Il travaille alors sur l’Odyssée et fait remonter la date de la Guerre de Troie, mettant en œuvre un cadre chronologique plus satisfaisant. Sa thèse sur la colonisation grecque de l’Italie et de la Sicile dans l’Antiquité, relance les recherches sur la Grande-Grèce qui confirment progressivement ses vues.

De 1952 à 1955, il dirige les fouilles sur l’île de Chypre, à Néo-Paphos et à Ktima où il découvre de nombreuses tombes dans la nécropole d’Iskendar du IIe millénaire au IIe siècle av. J.-C. Il meurt dans un accident de la route à Beaune en juillet 1957.

 Travaux

  • Métaponte. Étude d’archéologie et d’histoire, 1936.
  • La Colonisation grecque de l’Italie et de la Sicile dans l’Antiquité, 1941, rééd. 1957.
  • Bibliographie topographique des principales cités grecques de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, 1941.
  • Faire des hommes, objet, possibilités, méthodes de l’enseignement, 1946.
  • Les Hyksos et la légende d’Io, Recherches sur la période pré-mycénienne, 1952.
  • L’expansion et la colonisation grecques jusqu’aux guerres médiques, posth., 1960.
     
     
    JPEG - 340.8 ko
    Jean Bérard en 1957

Voir également en ligne :

 Lire sur wikipedia.org