USR 3133 - CNRS/EFR Unité de Service et de Recherche

Del "Fondo Barbatelli" alla porta del Vesuvio :

una finestra di studio nel sobborgo settentrionale di Pompei.


Dernière mise à jour : 3 octobre 2017

Le programme

Direction scientifique

Jean-Pierre Brun (Professeur au Collège de France),
Bastien Lemaire (Doctorant à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, UMR 5140 ASM et ATER au Collège de France).

Partenaires institutionnels et co-financeurs

Centre Jean Bérard, École française de Rome, Soprintendenza Pompei, Ministère des Affaires Étrangères et du Développement Industriel (Mission archéologique « Italie du sud »), Ministère des Affaires étrangères (Paris), Collège de France, Università degli Studi di Salerno, Consiglio Nazionale delle Ricerche.

Projet scientifique

La recherche envisagée sur le Fondo Barbatelli s’inscrit pleinement dans le programme « Artisanat et économie à Pompéi », porté par le Centre Jean Bérard et le Ministère des Affaires Etrangères et dans le récent projet ATEIA (Artisanat, Technique et Economie en Italie Antique), dans le cadre d’une convention avec la Surintendance de Pompéi. Les objectifs de ce projet sont d’étudier les filières artisanales à Pompéi et de créer des modèles interprétatifs et des protocoles d’études applicables à d’autres sites du monde antique.
Ce projet s’intègre dans le cadre des recherches récentes sur l’espace périurbain dans l’Antiquité et teste la nature de ces zones et leur plurifonctionnalité qui ne se limite pas au monde funéraire. À Pompéi, les récentes études réalisées dans la zone à l’extérieur de la porte d’Herculanum montrent l’imbrication des riches villae avec des structures funéraires, artisanales et commerciales. A une échelle différente et dans une zone mal documentée, les structures artisanales du Fondo Barbatelli ainsi que les installations découvertes à proximité, au nord de la Porte du Vésuve, présentent des analogies et permettent d’entrevoir de possibles reconversions d’espaces d’habitation privée en atelier, éventuellement de grande ampleur qui reposent la question du rôle économique de la ville.

Au projet de recherche initialement focalisé sur le site du Fondo Barbatelli, sa vocation d’atelier métallurgique et sa situation extra-muros mais à proximité des remparts, vient se greffer l’examen de la zone intermédiaire entre ce complexe artisanal partiellement dégagé au début du XXe siècle et la porte du Vésuve. Cet élargissement offre une fenêtre d’étude sur un ensemble de structures occupant un espace périurbain mal connu de Pompéi, s’étendant sur plus de 100 mètres en direction du nord, au-delà des remparts. L’organisation et l’imbrication de structures publiques et privées, funéraires, artisanales et d’adduction d’eau sont abordées à l’intérieur d’une problématique sur la place des espaces périphériques dans l’histoire socio-économique des cités antiques.

En complément d’une série de relevés réalisés sur le site du Fondo Barbatelli, aujourd’hui recouvert et dans l’objectif de préciser son étude, des prospections géophysiques ont également été réalisées dans la zone en avant de la porte du Vésuve. Elles ont été réalisées lors de l’été 2016, en collaboration avec l’Università degli Studi di Salerno et le Consiglio Nazionale delle Ricerche.

Période d’activité

Campagnes d’étude 2016.

JPEG - 218 ko
opération de relevé et de prospections géo-électriques devant la porte du Vésuve