USR 3133 - CNRS/EFR Unité de Service et de Recherche

Mégara Hyblaea

Appui aux études de la céramique de Mégara Hyblaea

le CJB prend part au projet de publication consacré aux périodes post-archaïques de Megara Hyblaea.


Dernière mise à jour : 14 décembre 2017

Le Programme

***Direction scientifique H. Tréziny (Centre Camille Jullian, UMR 7299)

Depuis 2012, le CJB (Cl. Pouzadoux, P. Munzi et L. Cavassa) prend part au projet de publication, initié par H. Tréziny et coordonné pour l’étude des mobiliers par J.-Chr. Sourisseau, consacré aux périodes post-archaïques de Megara Hyblaea. L’objectif à deux ans est de faire la synthèse des mobiliers post-archaïques afin de préciser les phases d’occupation du site, en articulant ces données avec l’étude architecturale et topographique. Tous ces éléments trouveront leur place dans un volume prévu de la série Mégara Hyblaea de l’EFR, dirigé par H. Tréziny et consacré à la ville post-archaïque.

En 2013, l’équipe du CJB (L. Cavassa, Pr. Munzi, Cl. Pouzadoux et G. Stelo) a poursuivi l’étude des céramiques hellénistiques amorcée un an plus tôt. Les premiers résultats avaient déjà été présentés dans un rapport préliminaire. Le travail a tout d’abord porté sur des lots de vases provenant de contextes clos sélectionnés en fonction de leur importance pour la datation des monuments (fortification RH2, dépôt votif du sanctuaire de 1954), et surtout de plusieurs puits hellénistiques (G/1964, 8/1965, 33,125 de 1977) et d’époque républicaine (3/1965). Le premier bilan de l’étude effectuée sur une sélection de fragments de céramique à figures rouges a déjà permis d’identifier plusieurs des peintres et des groupes connus en Sicile et en Campanie qui prennent place entre la fin du Ve siècle et les premières décennies du IIIe siècle, tels que le Peintre d’Himère, le Peintre de Locres, le Peintre de Lentini ou le Peintre de Lipari. L’étude en cours des vases sicéliotes porte sur 1200 fragments qui appartiennent à une production majoritairement datée au IVe siècle sans solution de continuité. La poursuite de l’étude permettra de préciser la proportion des peintres par grandes phases, et de contribuer, avec l’exemple de Mégara Hyblaea, à la réflexion sur les rythmes des activités de production et de diffusion de la céramique sicéliote. Une étude ponctuelle des premières attestations de céramique sicéliote en lien avec la céramique attique menée en collaboration avec Pierre Rouillard a été présentée au séminaire sur The Regional Production of Red-figure Pottery : Greece, Magna Grecia & Etruria qui se tiendra à l’Institut danois d’Athènes du 10 au 12 octobre 2014. D’autres missions ont été réalisés en 2014 pour finaliser l’étude et préciser la datation. Les ensembles étudiés fournissent une fourchette chronologique entre le dernier tiers du IVe siècle et le milieu du IIIe siècle av. n. è.