USR 3133 - CNRS/EFR Unité de Service et de Recherche

Laos

Pospections systématiques et géomorphologiques destinées à établir une carte géologique diachronique de la vallée du Lao et offrir un contexte géomorphologique à l’habitat fouillé sur la colline de Marcellina.


Dernière mise à jour : 14 décembre 2017

 Le programme

Direction scientifique

Alain Duplouy (MCF, Université de Paris I),
Alfonso Santoriello (Chercheur, Università degli Studi di Salerno),
Priscilla Munzi (Directrice-adjointe du Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS – EfR, Ingénieur de recherche CNRS).

Projet scientifique

Grâce à une opportunité offerte par la Surintendance de Calabre en 2010 de revenir travailler sur le territoire de Laos, une colonie fondée par Sybaris, où A. Schnapp et E. Greco avaient effectué des recherches dans les années 1980-1990, le Centre Jean Bérard a lancé en 2010 ce programme sur les « Archéologies des paysages : méthode et stratégies de détection dans la plaine du Lao ». Le but est différent de celui des recherches antérieures puisqu’il s’agit d’effectuer, en collaboration avec l’Université de Paris I et celle de Salerne, des prospections systématiques et géomorphologiques destinées à établir une carte géologique diachronique de la vallée du Lao et d’offrir un cadre géographique et un contexte géomorphologique à l’habitat fouillé sur la colline de Marcellina. Les activités se caractérisent par des prospections pédestres, puis géo-radars, pendant 3 ans à raison d’une campagne par an, pour connaître le paysage antique et l’histoire de la basse vallée du fleuve Laos. L’enquête archéologique et historique est associée à une étude géographique et géomorphologique de l’ensemble de la zone inscrite dans la longue durée. Elle recourt à l’utilisation d’un système d’information géographique (SIG) relié à une banque de données relationnelle pour unifier les informations cartographiques et réunir l’ensemble des informations topographiques, archéologiques et photographiques recueillies sur le terrain. Un programme d’analyses archéométriques pour déterminer les caractéristiques minéralogiques, pétrographiques et chimiques, ainsi que les aspects techniques et les lieux d’origine vient la compléter.

Période d’activité : 2010-2013

Au mois de septembre 2013 (5-12), l’équipe franco-italienne, a mené la dernière campagne de prospection archéologique dans la basse vallée du Lao. Celle-ci a été coordonnée par A. Duplouy (Université Paris 1), Pr. Munzi (CJB) et A. Santoriello (Dipartimento di Scienze del Patrimonio Culturale de l’Università degli Studi di Salerno). Les recherches ont été conjointement soutenues par le Ministère des Affaires Etrangères, par l’Université de Paris I et par l’Université de Salerne. Aux travaux de terrain ou de laboratoire ont pris part divers doctorants et étudiants français et italiens. Conformément à ce qui avait été établi l’équipe franco-italienne a procédé à quelques vérifications sur le terrain en vue de la publication des résultats, en particulier sur les UT de secteurs ayant livré du matériel céramique d’époque archaïque ou d’époque protohistorique. Le retour sur zone n’a pas été inutile, permettant enfin de documenter plus amplement le mobilier d’époque protohistorique sur UT 21 (localité Marina), mais aussi, plus surprenant, au Mercurion, conformément à des indications du groupe archéologique LARES 2004. Près d’une petite église, un terrain récemment brûlé, a permis la prospection d’un nouveau champ (UT 701). La découverte abondante de tuiles corinthiennes tend à confirmer les notices rapportées par le passé sur la présence de tombes dans ce secteur, signalées à l’occasion des travaux d’implantation des poteaux de l’ENEL dans les années 1970. Enfin, une découverte fortuite (UT 702) à proximité de la structure hellénistique UT 640 de la Suvareta a documenté un fragment de céramique commune à pâte claire et décor incisé “a pettine”, hors contexte mais qui vient recouper des indications déjà connues dans le secteur.
Au cours des dernières plusieurs missions documentaires ont été effectuées par l’équipe du Centre Jean Bérard à Marcellina afin d’achever l’étude du matériel archéologique issu de la prospection. L’étude du mobilier a permis de commencer la caractérisation chronologique de l’utilisation du paysage.

 Production scientifique

Ces recherches ont donné lieu à la publication de trois articles dans la Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome.