USR 3133 - CNRS/EFR Unité de Service et de Recherche

Miti, immagini e patrimoni

Mythe et généalogie, mythe et territoire, mythe et histoire constituent les trois axes d’une approche comparative des textes et des images à travers les moments clefs de la constitution des identités de l’Italie antique.


Dernière mise à jour : 13 mai 2020

Le programme

Responsabilité scientifique

Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard), avec la collaboration de
P. Linant de Bellefond (ArScAn, UMR 7041),
F. Bièvre-Perrin (Marie Skłodowska Curie fellow),
M. Denoyelle (INHA),
F. Giacobello (Università degli Studi di Milano),
V. Huet (Centre Jean Bérard, Université de Bretagne Occidentale, Brest),
N. Lubtchansky (Université François Rabelais de Tours),
Fr.-H. Massa Pairault (AOROC, UMR 8646),
É. Prioux (ArScAn, UMR 7041),
A. Rouveret (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense/ ArScAn, UMR 7041),
Fr. Silvestrelli (Università degli Studi di Lecce),
S. Verger (AOROC, UMR 8646).

Projet scientifique

Ce programme, complémentaire des recherches menées par le Centre Jean Bérard sur la colonisation grecque, est lié à l’arrivée de Claude Pouzadoux comme directrice du CJB depuis le 1er septembre 2011 et au projet de développer au sein d’un des deux axes scientifiques de cette unité les études sur les arts de l’image en Grande-Grèce en relation avec la question de l’interaction entre les cultures et le rôle de l’Italie du sud dans la formation du patrimoine méditerranéen dans l’antiquité. Dans le sillage des recherches pionnières de Jean Bérard sur l’histoire de la colonisation en Grande-Grèce, les traditions légendaires constituent la matière première de ce projet. Mythe et généalogie, mythe et territoire, mythe et histoire constituent les trois axes d’une approche comparative des textes et des images à travers trois moments clefs dans la constitution des identités de l’Italie antique : l’implantation des cités grecques, le développement des royaumes hellénistiques, la conquête romaine.
Tirant profit de son implantation méridionale et d’une tradition d’études sur les mythes grecs en Occident en lien avec l’École française de Rome, le Centre Jean Bérard a développé une plate-forme de rencontres et de discussions avec les chercheurs spécialistes des questions liées à l’iconographie, notamment dans la céramique italiote, et aux échanges culturels en Grande-Grèce et réalisé des projets d’exposition en collaboration avec les musées du sud de l’Italie dans l’optique d’une articulation étroite entre recherche scientifique et valorisation du patrimoine.

Un deuxième volet se rattache au projet d’enquête internationale sur les « Pratiques de l’image antique » menée auprès d’archéologues, d’historiens de l’art et d’historiens spécialistes des sources figurées, avec Natacha Lubtchansky (Université François-Rabelais de Tours). Dans ce cadre une réflexion est en cours sur la publication des résultats sous une forme classique et multimédia, sous la co-direction de N. Lubtchansky (Université François Rabelais, Tours) et de Cl. Pouzadoux (CJB) : Fragments de discours sur l’image.

Depuis le 1er septembre 2018 V. Huet, Prof. d’histoire ancienne à l’Univ. de Brest accueillie en délégation CNRS, conduit des recherches sur les pratiques religieuses et sur les constructions identitaires en Campanie à l’époque romaine à partir de deux dossiers distincts : la perception des rituels, d’une part, le corps, les gestes et les vêtements dans les images de mythes produites dans la région, d’autre part. Elle prépare une monographie sur les images sacrificielles à Rome, en Italie et dans le monde romain occidental.

Feminicon (mai 2020-mai 2022)
À partir du 1er mai 2020, et pour deux ans, Fabien Bièvre-Perrin réalise, avec l’EFR et le CJB, le projet européen Marie Curie FEMINICON dont l’objectif est de mieux comprendre l’iconographie féminine en Grande Grèce du VIIIe au IIIe siècle avant J.‑C., ainsi que son influence sur les productions illyriennes. Il s’intéresse en particulier aux nombreuses représentations funéraires présentes dans la documentation iconographique italiote et illyrienne sur de nombreux supports : vases figurés, fresques, statuettes, des reliefs sculptés, monnaies… L’ensemble du corpus sera réuni dans une collection numérique Omeka, au sein de laquelle leur iconographie sera décrite au moyen d’un langage spécifique, ce qui permettra de procéder à des analyses quantitatives massives et systématiques et d’analyses de réseau avec les logiciels RStudio et Gephi. Cette première phase aboutira à la création d’un thésaurus iconographique et au rasemblement d’une documentation photographique en open access, notamment grâce aux collaborations avec les musées archéologiques de Tarente et Paestum, ainsi qu’avec l’Institut archéologique de Tirana. Le corpus et son analyse offriront à terme de nouveaux outils pour identifier les modalités de l’iconographie féminine et la spécifité de ses clients et de ses producteurs. Le projet se conclura en 2022 par une triple exposition, en ligne, à Tarente et à Paestum, sur les femmes et le féminin dans l’iconographie de Grande Grèce et d’Illyrie.
 
 
This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 891118.

 

Période d’activité

2017-2021