Del "Fondo Barbatelli" alla porta del Vesuvio

una finestra di studio nel sobborgo settentrionale di Pompei


  1er mai 2021


Le programme

Le faubourg septentrional de Pompéi a été dégagé de manière discontinue à partir de l’extrême fin du XIXe siècle, mais n’a que peu retenu l’attention des chercheurs. Ce programme de recherche, dirigé par Jean-Pierre Brun et Bastien Lemaire, concerne la zone située sur près de 150 m, au nord de la porte du Vésuve. Il est mené par le Centre Jean Bérard, le Collège de France, l’UMR 5140 ASM et en étroite collaboration avec le Parco Archeologico di Pompei.
La réinterprétation d’archives et les récentes investigations de terrain autorisent à proposer de regrouper d’anciens vestiges en une villa suburbana, dont la partie méridionale était occupée par un vaste atelier polymétallurgique. À proximité de la porte du Vésuve, en plus des quatre monuments funéraires, on observe le tracé de l’aqueduc menant au castellum aquae de la ville.
De plus, lors des dégagements du début du XXe siècle, il a été mis en évidence que la porte de la ville, détruite par le tremblement de terre de 62/63 apr. J.-C., n’avait pas été reconstruite et que les tombeaux présents sur la zone étaient recouverts par des déchets et matériaux probablement issus des destructions liées à cette catastrophe et aux déblaiements réalisés dans le centre urbain.
Cette recherche est centrée sur le passage de l’urbain au périurbain, avec pour but de mieux comprendre cet espace d’interface entre la ville et sa campagne. Il est ainsi possible d’observer l’organisation et la gestion d’un secteur où s’articulent des structures défensives, viaires, hydrauliques, funéraires, résidentielles, artisanales et des décharges installées sur des terrains publics ou privés.
Cherchant à mieux cerner le rôle et les fonctions des espaces périurbains dans l’histoire socio-économique des cités antiques, ce projet s’intègre aux recherches récentes menées sur les périphéries urbaines des sociétés anciennes ; il teste la nature des espaces suburbains et leur plurifonctionnalité, définissant ainsi la cité de manière plus précise et dans son intégralité.
 

 

Direction scientifique

Jean-Pierre Brun, Collège de France
Bastien Lemaire, UMR 5140 ASM - Université Paul Valéry Montpellier 3

Composition de l’équipe

Simon Azema, archéologue
Laetitia Cavassa, Aix Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian, archéologue - céramologue
Guilhem Chapelin, Centre Jean Bérard (USR 3133, CNRS-EFR), architecte
Saverio de Rosa, numismate
Florian Germain, Université de Liège, archéologue
Noémie Ledouble, archéologue
Nicolas Leys, Institut des Sciences du Calcul et des Données - Sorbonne Université, archéologue photogrammètre
Lucie Robert, anthropologue
François Sterna, archéologue
Charlotte Villers, Université de Liège, archéologue
Arnaud Watel, Éveha, archéologue géomaticien

Autorité nationale présente

Parco archeologico di Pompéi – MiC

Numéro de concession

MIBACT DGABAP Prot. n. 0023242 du 04/08/2020.

Partenariats institutionnels

Centre Jean Bérard, Collège de France, UMR 5140 ASM - Université Paul Valéry Montpellier 3, LabEx ARCHIMEDE

Établissements porteurs de l’opération

Centre Jean Bérard, Collège de France

Organismes financeurs

Centre Jean Bérard, ministère de l’Europe et des affaires étrangères (Mission archéologique « Italie du Sud »), Fondation du Collège de France, UMR 5140 ASM - Université Paul Valéry Montpellier 3, LabEx ARCHIMEDE

Production scientifique

Bastien Lemaire et Jean‑Pierre Brun, « Du Fondo Barbatelli à la Porte du Vésuve : Une fenêtre d’étude dans le faubourg septentrional de Pompéi », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Les cités vésuviennes, mis en ligne le 17 décembre 2020
 

 

Mots clés :

Antiquité romaine, Pompéi, Romains, faubourg, nécropole, voierie, dépotoir

Portfolio