USR 3133 - CNRS/EFR Unité de Service et de Recherche

Emanuele Greco

En Grèce et en Grande Grèce

Archéologie, espace et sociétés


Dernière mise à jour : 11 décembre 2020

Notice bibliographique de l'ouvrage

  • Auteur(s) : Emanuele Greco
  • Titre complet de l'ouvrage : En Grèce et en Grande Grèce
  • Collection : Études
  • N° collection : n°11
  • Édition : Centre Jean Bérard
  • Année de publication : 2020
  • Numéro ISBN : 978-2-38050-023-3
  • Nombre de pages : 101
  •  
  • Prix : 10,00 €
  • Disponibilité au CJB : disponible

Édition électronique

Cette publication est consultable en ligne, à l'adresse suivante : https://books.openedition.org/pcjb/7619
Numéro ISBN de l'édition électronique :

RÉSUMÉ
Emanuele Greco, dans ces quatre conférences au Collège de France, prend position dans les grands débats historiographiques concernant la place publique dans la ville antique, Athènes et son Agora, Sparte, l’apoikismos et Sybaris-Thourioi. Il souligne l’importance de l’archéologie non seulement comme méthode historique, mais surtout en tant que seul moyen de compléter ou contredire les sources littéraires. Les fouilleurs ont souvent adapté leurs lectures des vestiges aux attentes socio-politiques de leur époque : ainsi, dans l’imaginaire collectif, les Américains étaient les seuls vrais héritiers de la démocratie athénienne, tandis que Sparte était mise en rapport avec les Nazis. L’aspect physique d’une cité, la ville, met en relief la façon dont le politique est reflété dans l’urbanisation ; les colonies grecques en donnent les indices. La ville comporte des vides et son histoire aussi. L’archéologue doit accepter ces hiatus dans le temps et l’espace pour éviter les fausses interprétations des systèmes topographiques. Emanuele Greco nous offre une lecture actuelle et éclairante des ensembles urbains à l’époque archaïque.
Emanuele Greco (Tarente, 1945)
Professeur d’Archéologie Classique à l’Université de Naples “L’Orientale”, il est l’auteur de 350 publications sur l’histoire de la colonisation grecque en Occident et sur la topographie historique de la Grande Grèce et d’Athènes. Il a dirigé des recherches et des fouilles en Italie (en particulier à Paestum et à Sybaris), ainsi qu’en Grèce (Itanos, Crète, Ephestia sur l’île de Lemnos, Thourioi et Sparte, dans le Péloponnèse).

RIASSUNTO
In queste quattro conferenze al Collège de France, Emanuele Greco prende una posizione nell’ampio dibattito storiografico sulla piazza pubblica nella città antica, analizzando i casi di Atene e la sua agora, Sparta, l’apoikismos e Sibari-Thurii, e sottolineando l’importanza dell’archeologia non solo come metodo storico, ma anche e soprattutto come il solo strumento per integrare o contraddire le fonti scritte. Gli archeologi hanno spesso adattato la loro lettura delle vestigia alle aspettative socio-politiche dell’epoca : così, per esempio, nell’immaginario collettivo gli Americani erano visti come i soli veri eredi della democrazia ateniese, mentre Sparta era avvicinata ai Nazisti. L’aspetto fisico della polis, la città, rivela il modo in cui la politica si riflette nell’urbanistica ; le colonie greche, in questo senso, sono esemplari. La città comporta dei vuoti, così come la storia : l’archeologo deve accettare questi iati nel tempo e nello spazio, per evitare interpretazioni errate dei sistemi topografici. Emanuele Greco ci offre qui una lettura chiarificatrice ed attualissima degli insiemi urbani dell’età arcaica.
Emanuele Greco (Taranto, 1945)
Già professore ordinario di Archeologia Classica nell’Università di Napoli ‘L’Orientale’. È autore di 350 pubblicazioni sulla storia della colonizzazione greca dell’Occidente, sulla topografia storica della Magna Grecia e sulla topografia di Atene. Ha diretto ricerche e scavi in Italia (soprattutto Paestum e Sibari) ed in Grecia (Itanos, a Creta, Efestia nell’isola di Lemno, Thuria e Sparta nel Peloponneso).