PompeiTransUrbs

Pompéi : transmission du patrimoine urbain


  24 avril 2021

 Le programme

Au croisement entre deux des artères majeures de Pompéi, la voie du Forum et la voie de la Fortune, une pierre, plantée dans la chaussée, suscite de nombreux questionnements. En correspondance de cette possible borne, une fosse dans le dallage témoigne d’une activité survenue dans l’Antiquité en lien avec la pierre. Passé inaperçu jusqu’à la, en raison de son manque de monumentalité, cet élément pourrait nous en dire long sur la ville et son histoire.
Plantée au nord du forum, à 100 pieds osques des murailles et au centre su système urbain du secteur occidental de Pompéi, cette pierre pourrait marquer le point d’observation à partir duquel le tracé des rues a été dessiné. La fonction de cet objet en 79 de n.è. reste inconnue pour l’heure.
Ce projet a pour objectif de clarifier l’histoire de cet élément singulier et de vérifier les hypothèses formulées à son sujet.
De manière plus globale, le projet vise à enquêter sur la création et l’évolution du paysage urbain de Pompéi entre sa fondation, au cours du VIe siècle av. n.è., et l’éruption de 79 de n.è., au gré des changements politiques et culturels. Suivant une approche fortement pluridisciplinaire, le projet prévoit d’enquêter sur la chronologie et l’évolution de l’espace urbain en se questionnant sur la fondation de la ville et sur la transmission du patrimoine urbain à travers les cultures qui l’ont peuplé.
Il s’agira d’enquêter sur les transformations de la forma urbaine en des points clés de la ville, pour combler les manques profonds qui affectent encore notre connaissance des transformations subies par le plan d’urbanisme et appréhender leur chronologie. Pour échapper aux constructions circulaires qui fondent parfois les datations à Pompéi, il est fondamental de poursuivre les recherches stratigraphiques pour affiner notre connaissance de la chronostratigraphie.
Le projet est mené en collaboration entre l’École française de Rome et le Parco archeologico Pompei, avec le soutien du Centre Jean Bérard, du MEAE (Mission archéologique « Italie du Sud »), de l’Université Côte d’Azur, de l’UMR 7264 et l’EUR CREATES.

Direction scientifique

Sandra Zanella, Université Côte d’Azur, UMR 7264, CEPAM – DYNAPP, EUR CREATES

Composition de l’équipe

Antonino Russo (Parco archeologico Pompei)
Vincenzo Amato (Parco archeologico Pompei)
Valeria Amoretti (Parco archeologico Pompei)
Chiara Comegna (Parco archeologico Pompei)
Chiara Corbino (Parco archeologico Pompei)
Gourguen Davitian (UMR 7264, CEPAM)
Saverio De Rosa (Numismate)
François Fouriaux (Eveha)
Nicolas Monteix (Université de Rouen, IUF)
Francesca Leolini (Parco archeologico Pompei)
Sébastien Lepetz (Museum d’histoire naturelle Paris)
Luana Toniolo (Parco archeologico Pompei)
Domenico Sparice (Parco archeologico Pompei)

Autorité nationale présente

Parco archeologico di Pompei – MiC

Partenariats institutionnels

Parco Archeologico di Pompei, École française de Rome, Centre Jean Bérard, Université Côte d’Azur

Établissements porteurs de l’opération

Parco Archeologico di Pompei, École française de Rome

Organismes financeurs

École française de Rome, ministère de l’Europe et des affaires étrangères (Mission archéologique « Italie du Sud »), UMR 7264 CEPAM – DYNAPP, EUR CREATES

 Production scientifique

Sandra Zanella. Pompei. Sulle tracce di fondazione e di rifondazioni urbane. Rivista di studi pompeiani, 2020, 30, pp.7-21. ⟨hal-02859950

Mots clés

Antiquité romaine, Pompéi, Samnites, Romains, urbanisme, archéologie des paysages, urbanistica.